Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Baresiateamjura

En juillet, traquer le plus simplement possible le black bass : pêchez en wacky !

3 Juin 2014, 20:43pm

Publié par oliv39

Les mois de juillet et d’août seront les bons moments pour planifier quelques sorties à la recherche de ce fabuleux poisson adulé par les pêcheurs nord-américains. Ce poisson de la pêche sportive par excellence a été introduit dans les pays européens avec plus ou moins de succès. Si aujourd’hui il participe par exemple à la renommée de certaines régions d’Espagne, il est possible de se faire plaisir sur des plans d’eau français privés et même publics là où certaines AAPPMA ont fait d’énormes efforts pour implanter durablement ce poisson. Je n’ai hélas pas la possibilité de pêcher ce poisson comme je le voudrais, l’Est de La France n’étant pas très riche en plan d’eau à black bass, je profite d’autant plus des occasions qui me sont données lorsqu’elles se présentent. Parmi les techniques reines ciblons l’une d’entre elles qui peut permettre à un débutant comme je le suis d’aborder cette pêche relativement facilement : la pêche en wacky.

Black bass 56 cm Olivier

Bass de 56 cm pris en wacky avec un Flick Shake 4,8 pouces d’Illex

 Où trouver le black-bass ?

Il adore les postes encombrés donc  les arbres immergés seront à rechercher en priorité. Il est également souvent posté dans la végétation, sur les plages et autour de pierres où il évolue dans très peu d’eau, sa pêche à vue devient alors un vrai moment de plaisir. Vous pouvez également tenter les parois  rocheuses si en plus celles-ci sont jonchées d’obstacles vous êtes sur un poste de premier choix.

Black bass 56 cm

Bass de 56 cm pris en wacky par Arnaud.

Une multitude de techniques et de leurres… parfois inefficaces.

Le black bass est spectaculaire par ses attaques, le pêcheur profitant souvent de la vision de celles-ci. Ce poisson n’hésite pas à se jeter sur ses proies posées sur le fond et se tient souvent  prêt à attaquer en surface. Le black bass peut se pêcher de multiples façons : le pêcheur peut ainsi le traquer avec des leurres de surface comme les poppers, les grenouilles, les stikbaits, les leurres souples notamment en buzzing. Il peut pêcher sous la surface avec de petits jerkbaits utilisés également pour le brochet ou sur le fond et dans les milieux encombrés avec des jigs. Le matériel comme les montages diffèrent en s’adaptant aux conditions de pêche, il devient alors difficile de faire des choix. Rien qu’en s’intéressant au montage texan et ses nombreuses déclinaisons s’adaptant au milieu dans lequel vous pêchez et bien on s’y perd vite. Au final vous vous retrouvez avec du matériel assez spécifique, si vous pouvez vous le payer, matériel qui parfois ne sert pas beaucoup dans la saison.

Hélas même avec tout ce matériel, avant d’en arriver au combat avec un poisson trophée, ce poisson d’apparence facile sait se rendre agaçant en suivant les leurres, ou pire en ignorant tout ce que vous pouvez lui présenter. Les jours où vous êtes impuissant il se déplace tranquillement sous la surface en vous narguant ! J’en ai fait l’expérience sur des plans d’eau privés où les poissons sont très éduqués et habitués à vivre avec vos leurres !

On attend avec nervosité la première touche. On sait que ce combat offre des émotions fortes au pêcheur, combat ponctué de rushs très puissants et de sauts hors de l’eau, la gueule grande ouverte pour éjecter le leurre. Des moments d’espoir, de doute, de déception mais aussi de joie au moment de  la prise du poisson, ce combat est une vraie source d’adrénaline !

La technique et les montages.

Pour chaque technique vous avez un panel impressionnant de leurres. Si votre objectif est avant tout de prendre des poissons sans pour autant collectionner le matériel, je vous invite à essayer celle qui peut se définir comme étant la plus simple, la plus économique et à mon sens la plus agréable en situation de pêche. Elle n’a pas d’égal pour décider un poisson même apathique. Pour cet été, débuter simplement cette pêche du black bass tout en étant terriblement efficace en pêchant en wacky.

La pêche en wacky …

Les montages

Wacky, en français : farfelu, délirant comme le leurre que vous animerez. La pêche en wacky consiste à animer un leurre souple, généralement un ver (worm). Ce dernier est piqué en son milieu sur un hameçon simple.

10a.JPG

Worm Spanky de Lunker City, assez dense, coule facilement, son corps annelé et sa facilité d’accrochage en son milieu en font un de mes leurres préférés.

Pour débuter il vous faut comme matériel une canne spinning légère, très raisonnante avec une grosse réserve de puissance, canne équipée d’un moulinet garni de tresse en 10/100 au bout duquel  vous rajoutez une pointe de fluorocarbone en 20/100.

Une idée de canne : La Pro Series Shaking Special chez Pezon et Michel. 3-12g. Elle accepte les têtes plombées à partir de 2g et sans être totalement polyvalente, elle peut permettre de varier les techniques notamment l’utilisation de petits poissons nageurs. N’ayant pas d’action, d’autres marques proposent également de bonnes cannes mais veillez à garder une canne tactile avec une grosse réserve de puissance.

Un bon mètre de fluorocarbone, un peu plus long si l’eau est très claire, l’hameçon simple à œillet qui y est rattaché doit être adapté à la taille du ver. En fonction de son diamètre, utilisez généralement des hameçons de taille 2 à 6. Pour les plus gros vers, vous pouvez utiliser des hameçons spécial wacky, ils sont plus ouverts et cela réduit votre nombre de ferrages dans le vide où vous ne ferez que retirer le leurre de la gueule du poisson !

Pour monter le leurre, rien de plus simple, piquez votre hameçon au milieu du ver. Il n’est pas obligatoire de plomber. Toutefois vous pouvez  plomber légèrement (0,5 à 3 g) votre leurre afin de le faire descendre plus rapidement : utilisez une chevrotine pincée devant l’hameçon, des têtes plombées rondes spéciales wacky (jigheads) ou même des inserts en tungstènes (clous) à planter dans les extrémités de votre ver. L’absence de plombage renforce la discrétion et offre une présentation plus naturelle, la pêche est plus lente mais elle est d’une efficacité redoutable.

11b.JPG

Pincez une chevrotine juste au dessus du nœud de fixation de l’hameçon pour pêcher des zones plus profondes.


6.JPG

Poisson pris sur une Jig head spécial wacky de 2 g accélérant la descente du worm.


Face à la multitude de leurres présents sur le marché voici une proposition de  leurres à utiliser : Vagabond Air Bait Slim, Illex Flick Shake, toute la gamme des Reins Swamp,  les Senko de Gary Yamamoto et les Spanky de Lunker City pour ne citer qu’eux.

8a

Votre boîte de vers doit être composée de leurres de tailles et de couleurs différentes, il n’est pas nécessaire de  s’éparpiller en privilégiant une dominante de vert  et de marron.

 

9.JPGLes Leurres  Flick Shake d’illex sont salés comme la plupart des vers, le poisson le garde plus longtemps en bouche ce qui vous permet de ferrer efficacement. Un « must » terriblement efficace !


2.JPG

 Poisson de 54 cm pris devant une pierre sur une bordure avec un Spanky Black néon (noir pailleté rouge) en montage très simple : tresse de 10/100 et pointe de fluoro 19/100, hameçon n°4 à œillet non plombé.


 La technique :

Sur les plages et zones peu profondes, il suffit de laisser descendre le ver puis de faire trembloter assez vite le leurre sur le fond, ceci par de petites tirées sèches suivies de relâchés. Les leurres vibrent à la moindre sollicitation de votre part. Faites des pauses et surveiller votre ligne. C’est une pêche lente car il faut laisser le temps au leurre de travailler la zone prospectée. Gardez votre ligne légèrement détendue lors des relâchés afin de permettre au poisson d’engamer sans sentir de résistance, cause de rejet. Ligne pas trop détendue non plus lors de la descente surtout si vous ne voyez plus votre ver, la touche pourrait passer inaperçue.

Sur des postes ciblés, votre réussite dépendra de votre approche et de la précision de vos lancers. La pêche en bateau étant un atout important pour aborder les postes comme vous le souhaitez. Vous devez deviner les postes et rester bien concentré, la touche a souvent lieu à la descente ou lors des pauses plus ou moins longues, c’est à vous de trouver ce qui déclenchera l’attaque le jour J.

7.JPG

Poisson pris avec un worm marron assez long et d’un diamètre intermédiaire, les poissons sélectionnant parfois la taille et la couleur des vers. Le vert, le noir et le marron donnant de très bons résultats, les leurres de fort diamètre étant parfois l’arme fatale (Senko).

Les zones de prédilection sont celles où vous discernez à vue les postes et les poissons. Pour en profiter un maximum et augmenter vos chances de succès, mettez des lunettes polarisantes et pêchez donc à vue les bordures sur les deux ou trois premiers mètres. Evitez au maximum de pêcher le soleil dans le dos, le changement de luminosité créée par votre ombre peut ruiner votre pêche avant même de s’appliquer à lancer. Avec ce montage vous allez gagner en discrétion et déjouer la méfiance des poissons éduqués. Les leurrer en toute simplicité avec des imitations de vers de terre est un réel plaisir.

Lorsque vous voyez le poisson engamer votre leurre, retardez votre ferrage d’une ou deux secondes. En revanche il doit être appuyé afin de bien rentrer le piquant de l’hameçon dans la gueule du poisson. Après le ferrage n’oubliez pas que vous êtes monté fin face à un poisson bagarreur. Pensez à baisser votre canne si votre ligne se tend en surface, c’est efficace pour amortir une chandelle à laquelle vous n’échapperez pas. Si à l’approche du bateau les rushs s’amplifient, gardez à l’esprit qu’il est possible de desserrer un peu votre frein de moulinet (frein avant systématique pour moi), au départ il doit être assez serré pour augmenter l’efficacité de votre ferrage. Gardez une longueur de bannière assez longue afin de saisir le poisson facilement et attrapez-le par la gueule.


5Hameçon simple pris sur le bord de la gueule montrant l’importance d’un ferrage efficace.


4.JPG

Le black bass s’attrape à la main par la gueule. Pour le relâcher, posez-le tranquillement dans l’eau, il repartira comme une torpille !

Black bass 56 cm remise

Relâché Bass de 56 cm pris en wacky.

Avec les petits poissons, montez-les le plus rapidement possible dans le bateau car souvent le premier à retourner à l’eau c’est votre leurre que le fil déchire sous les agitations du poisson, c’est rageant de  voir régulièrement son leurre couler tranquillement et la pochette se vider !

Si vous n’avez pas de touche sur une bordure où vous avez déjà touché des poissons, pêchez en peu en retrait, sans animation et en aveugle certes, cela m’a valu pour essayer de prendre un poisson de 54 cm, à la descente dans 3 mètres d’eau, il a stoppé le Senko « entre deux eaux » !

Vous pouvez aussi pêcher les obstacles ou le long des falaises, laissez descendre en regardant bien votre bannière, la touche sera souvent visuelle. Adapter les lests à la taille de votre leurre et à la profondeur.

Photos-de-Black-bass 0961

Black bass pris à la descente dans 1 mètre d’eau devant des branches immergées.

Il ne vous reste plus qu’à rassembler durant ce mois de juin le matériel nécessaire, à déterminer un plan d’eau intéressant et vous voici prêt pour traquer le black bass en wacky cet été. Bonne pêche !

 

3.JPG

Le prochain c'est le vôtre !

A bientôt.

Olivier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Jean-Louis 06/06/2014 21:50

Bel article, y a du boulot. Ca donne envie mais où sont les blaaacks !!!?

Arno39 03/06/2014 23:04

Je veux y retourner pour voir si nos vaches ont grossi :)